Rondeau II


Atmosphère plombière
Le chemin- dernière pen see
Je te vois à tombeau
Malade, en chantant,
En habit de soirée.

L'âme soupire
Profonde en saignant
Je veux entendre
La cloche marquer
Et le corbeau en délire.

Je t'apporte une rose
Noire, cangreneuse
Par mon corps ruinée
Sur toi je l'ai jettée.

Il fait pleut et il fait froid
Et je ne distingue pas
Je ris, quelle ironie...
La terre glaise me noie
Le sommeil- doux
Fini de l'agonie.



0 Comentarii

La această poezie nu au fost adăugate comentarii, fii primul!

Pentru a lăsa comentarii este nevoie să te autentifici. Nu ai cont? Deschide unul!